Gérer l’habitat forestier pour le lièvre d’Amérique et le lynx du Canada

Regardez notre vidéo avec le biologiste spécialiste de la faune à JDI, John Gilbert, sur la relation entre l’habitat du lièvre d’Amérique et les populations de lynx du Canada en croissance dans le nord du Maine et au nord-ouest du Nouveau-Brunswick. (Anglais)    Vimeo   Youtube 

27 février 2015 : les pratiques forestières durables sur les terres gérées par JDI dans le nord du Maine et au nord-ouest du Nouveau-Brunswick ont conduit à une augmentation significative de la population de lièvres d’Amérique - une source importante de nourriture pour le lynx du Canada.

« L’habitat le plus approprié pour le lièvre d’Amérique combine les forêts de jeunes résineux issus de la régénération naturelle et les forêts mixtes âgées entre 8 et 20 ans, ainsi que les peuplements de conifères plantés âgés de 5 à 10 ans » a déclaré John Gilbert, gestionnaire des pêches et de la faune à JDI. « Une augmentation de la population du lièvre d’Amérique est profitable au lynx du Canada. Pour vous aider à comprendre ce qui les lie, le lièvre constitue jusqu’à 90 % de l’alimentation du lynx ».

Feb2315-Lynx-FR1 


Le Service des pêches et de la faune des États-Unis effectue actuellement un état des lieux sur cinq ans, portant sur la population de lynx du Canada. Selon des études de l’Université du Maine, parrainées par JDI, qui ont été réalisées au début des années 2000 et le rapport fait à ce jour par notre équipe sur le terrain dans le nord du Maine et au nord-ouest du Nouveau-Brunswick, les populations de lynx n’ont jamais été aussi élevées depuis des années.

« Notre personnel et nos entrepreneurs voient de nombreuses pistes de lynx et ont maintes occasions de les apercevoir à une fréquence quasi-hebdomadaire », a déclaré John Gilbert. « Cela démontre bien que les populations de lynx prospèrent dans un environnement de forêts gérées ».

La gestion axée sur le lynx du Canada implique une approche à l’échelle du paysage. Les secteurs forestiers jeunes et en régénération qui fournissent un excellent habitat pour le lièvre d’Amérique (la nourriture) se conjuguent à des forêts plus anciennes, situées dans les zones riveraines prévues par la politique sur les forêts anciennes de JDI, offrant ainsi des emplacements de qualité pour les tanières du lynx (l’abri) sous de vieux arbres abattus par le vent.

Le programme de conservation primé de JDI, Zones uniques, protège plus de 1 155 sites (78 976 hectares) au profit des oiseaux et mammifères, poissons, lacs et terres humides, plantes, reptiles et invertébrés. De plus, JDI maintient 48 434 hectares de forêt ancienne désignés dans le paysage forestier où JDI exerce son activité.