​The Northern Goshawk

27 juillet 2015 : Dans le cadre du programme primé de protection des régions uniques, nous nous efforçons de préserver nos forêts, ainsi que la faune qui y vit. 

L’autour des palombes (photographie ci-dessous) fait partie des nombreuses espèces incluses dans cet effort. JDI l’a découvert dans ses forêts au nord du Maine. Max Petrashune, planificateur forestier chez JDI, s’est retrouvé nez à nez avec un autour des palombes très fâché et expressif, alors qu’il programmait des récoltes dans la région.

Alors que la plupart des oiseaux fuient le nid à la vue des êtres humains, l’autour des palombes se maintient en position. Non seulement va-t-il se défendre, mais il s’efforcera de repousser activement l’envahisseur hors de son territoire, en poussant des cris stridents effroyables, accompagnés d’attaques « manquées de justesse ».

  Northern Goshawk


L’autour des palombes construit un nid dense au premier embranchement de grands bouleaux jaunes, ou parfois d’érables à sucre. Avec une taille de 60 cm, ces oiseaux sont difficiles à rater en hiver, quand les arbres ont perdu leur feuillage. En été cependant, on compte sur eux pour nous faire savoir où ils se trouvent.   

Vingt-quatre sites de nidification destiné à l’autour des palombes sont protégés au titre du programme de régions uniques, tandis que plus de 14 300 ha sont spécifiquement réservés à d’autres espèces d’oiseaux.

Lorsqu'une espèce est repérée, des recherches sont effectuées et les précautions appropriées sont mises en œuvre. Dans le cas de l'autour des palombes, JDI met en place une zone tampon autour de la région où ils nichent, ou en d'autres termes, une zone interdite de récolte. Les mesures sont délimitées dans le cadre de notre partenariat avec le Centre de données sur la conservation du Canada atlantique.

Lorsque l'oiseau est présent dans le nid pendant la saison de nidification, le tampon est à 100 mètres de l'endroit de la nidification. Pendant la saison régulière, quand les oiseaux devraient avoir quitté le nid, le tampon se réduit à 50 mètres.
« Dans la majorité des sites, aucune obligation légale de conservation n’est en vigueur. Nous menons cette démarche car nous sommes attachés à la préservation de la biodiversité de la forêt » a déclaré Kelly Honeyman, naturaliste en chef auprès de JDI. « Nous intensifions nos efforts en faveur de l’accueil, en toute sécurité, de ces animaux dans nos forêts ».

JDI considère la conservation de la faune dans les forêts qu’elle gère et possède comme l’une de ses priorités. Grâce au partenariat, employant des professionnels instruits et formant le personnel sur le terrain, nous sommes en mesure de garantir que les animaux peuplant nos forêts, à l’image de l'autour des palombes, vivent une vie longue et heureuse.