Déclaration de Kevin McCoy, président d’Irving Shipbuilding Inc.

21 novembre, 2015:

HALIFAX, N.-É. : En octobre 2014, la Marine royale canadienne a demandé à Irving Shipbuilding de proposer une capacité provisoire en matière de ravitaillement et de réapprovisionnement. Nous avons réuni une équipe internationale d'experts maritimes dans le domaine naval et commercial pour résoudre la question qui nécessitait également ma propre expérience en tant qu'ancien vice-amiral de la marine des États-Unis, en charge de la conception, de la construction, de l'entretien et de la conversion de tous les navires pour une marine de près de 300 navires et sous-marins.

Notre objectif était de fournir une capacité maximale dans un cadre minimal de risque, de coût et de calendrier d'exécution, tout en limitant la quantité de conversion requise pour un navire existant. Dès le début, nous avons refusé un navire porte-conteneurs car trop coûteux et trop risqué à convertir, en particulier dans le délai relativement court imparti par le gouvernement au titre d’une reconfiguration rapide, en vue de répondre aux besoins immédiats de la Marine royale canadienne. Le roulier (Ro-Ro), sélectionné par Irving Shipbuilding pour la conversation, constitue un navire approprié pour fournir une capacité et une adaptabilité énormes, ainsi que la meilleure valeur pour le Canada.

Notre proposition comprend la capacité de ravitaillement de deux navires à la fois; l'atterrissage, le ravitaillement et la maintenance d’hélicoptères; le réapprovisionnement en denrées sèches et en munitions en mer; ainsi qu’une prise en charge médicale modulaire, et une capacité de commande, de contrôle et d'accostage. Plus important encore, nous fournissons une capacité supplémentaire considérable à celle déjà propre à notre roulier, permettant le chargement et le débarquement rapide d’un nombre important de gros camions, de véhicules militaires et de véhicules d'intervention d'urgence, par l’intermédiaire d’une grande rampe arrière et des aires pour les véhicules. Cela favorise une réponse rapide en matière d’aide humanitaire et de secours d'urgence en cas de catastrophes naturelles, au Canada comme à l'étranger, tout en apportant un soutien logistique aux forces militaires terrestres. Un important volume de chargement ouvert est déjà en place pour permettre une reconfiguration rapide du navire, à faible coût, en vue de répondre aux besoins des missions futures.

Nous poursuivons une évaluation ouverte et axée sur le mérite de toutes les propositions, afin d’offrir la meilleure solution à la Marine et la meilleure valeur au Canada. 

Pour clarifier certaines informations relayées par les médias, le prêt avancé par la province de la Nouvelle-Écosse est un prêt remboursable portant intérêt à hauteur de 260 millions $. Nous avons investi plus de 350 millions $ dans notre nouvelle installation. En outre, nous n’avons effectué aucun prélèvement sur la facilité de prêt supplémentaire accordée par le gouvernement provincial s’élevant à 44 millions $. L’exonération du remboursement du prêt de 260 millions $ dépend de la réalisation d’objectifs en matière d’emploi et d’autres cibles économiques sur lesquels nous nous sommes engagés. Si nous ne parvenons pas à atteindre ces objectifs, le solde de l’emprunt et des intérêts dus devront être remboursés à la province de la Nouvelle-Écosse.

Il est important de souligner qu’à ce jour, un montant de plus de 900 millions $ en contrats a été octroyé en faveur des entreprises canadiennes, dans le cadre du contrat de construction navale qui nous a été attribué en octobre 2011, dont plus de 300 millions $ à des entreprises néo-écossaises. 

-30-