Célébrer les provinces, présenter des gens : Joyeuses fêtes du Nouveau-Brunswick et de la fondation de la Nouvelle-Écosse!

4 août 2017

Joyeuses fêtes du Nouveau-Brunswick et de la fondation (Nouvelle-Écosse) à nos employés. Au Nouveau-Brunswick, nous sommes fiers d’exercer nos activités dans 28 collectivités et d’employer directement plus de 7 700 personnes. En Nouvelle-Écosse, nous opérons fièrement au sein de 15 communautés et employons directement plus de 2 500 personnes. Et nos équipes s’agrandissent! Nous recrutons plus de 1 000 personnes en Nouvelle-Écosse et plus de 3 800 au Nouveau-Brunswick entre 2017 et 2019. Pour célébrer, nous aimerions présenter certaines personnes étonnantes pour qui ces provinces constituent un foyer et avec qui nous sommes ravis de travailler.

Nouveau-Brunswick :

Shaping Purpose pour nos troupes

Andrew Garsch faisait partie des Forces armées canadiennes pendant 12 ans. Aujourd’hui, il aide les autres à définir un nouveau but après les combats, en tant que vice-président de la prestation du programme pour Shaping Purpose.

« La transition des Forces armées canadiennes à la vie civile est un choc culturel inverse qui voit près de 1 350 anciens combattants chaque année faire face à une transition difficile », déclare-t-il. « Shaping Purpose vise à aider le plus grand nombre d’entre eux à mieux comprendre leurs désirs en matière de vie future et à définir leur voie dans le cadre du processus de transition. » 


Irving Shipbuilding, le Mouvement Desjardins, la Fondation de la recherche en santé du Nouveau-Brunswick et de la Fondation de l’hôpital régional de Saint John en faveur du programme de recherche sur la santé des anciens combattants se sont associés dans le cadre d’une étude avec Shaping Purpose.


Un brillant avenir 

Il n’y a pas de meilleur moment pour célébrer les jeunes gens passionnés par leur province qu’à l’occasion de la fête du Nouveau-Brunswick! Desiree Pictou et Caroline Burpee en font partie.

En tant que lauréates de la bourse d’études de JDI N.-B. s’élevant à 32 000 $ pour l’Université du Nouveau-Brunswick, Desiree et Caroline démontrent toutes deux d’une implication exceptionnelle envers leurs écoles et leurs communautés. Elles commenceront leurs études à l’UNB à l’automne 2017. Bonne chance dans vos activités académiques et communautaires, Desiree et Caroline!


  Caroline
 Desiree



Culture inclusive
Il y a vingt ans de cela, l’équipe de KENT a engagé Luc après être entrée en relation avec l'Association du Nouveau-Brunswick pour l’intégration communautaire (ANBIC) et Ready, Willing & Able, une initiative nationale visant à accroître la participation à la population active des personnes ayant une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme (TSA).

« Nous lui [Luc] avons fait passer un entretien, tout comme nous l'aurions fait avec tout autre candidat » déclare Patrick O’Neil, « et nous l’avons embauché ». Luc est un « préparateur ». Il compte parmi les 28 employés qui exécutent les commandes de livraison dans les magasins Kent du Canada atlantique. Dotés d’un casque pour recevoir des instructions, Luc et ses collègues localisent et rassemblent les articles commandés et les préparent sur des palettes pour expédition.

Luc est chez Kent depuis août 2014, et Patrick est ravi de son rendement. « Il est toujours à l'heure, il travaille dur et il n’a jamais été malade. »

Les employés ayant une déficience intellectuelle sont également supérieurs à la moyenne sur d’autres mesures du rendement. Selon une étude d’Environics Research, 84 % des employeurs considèrent les employés ayant une déficience intellectuelle comme étant : hautement productifs, fiables, engagés dans leur travail et motivés, avec d’excellents relevés de présence et une grande attention accordée à la qualité de leur travail.

« C’est certainement le cas pour nous chez Kent » confirme Patrick. « Nos deux collaborateurs ayant une déficience intellectuelle sont de formidables travailleurs. »

Est-ce que Kent embaucherait une autre personne ayant une déficience intellectuelle ou un TSA? « Sans aucun doute » affirme-t-il. « En fait, nous collaborons déjà avec l’AEC pour trouver notre prochaine recrue. »

Inspirer les filles à viser la Lune

Cathy est la vice-présidente de la technologie à T4G et la fondatrice de UP + GO, une organisation visant à encourager les filles à découvrir les carrières en sciences et en entrepreneuriat. 

Cathy a offert des projections gratuites des Figures de l’ombre à Saint John, Fredericton et Moncton, suivies par un panel de femmes des communautés locales qui ont excellé dans leurs domaines. 

« Je travaille dans le secteur des technologies depuis 27 ans », a dit Cathy. « Je crois que nous devons être des modèles pour la prochaine génération afin qu’elle prenne conscience des possibilités qu’offrent les STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques). Un film comme celui-ci en constitue un excellent exemple. De plus, elles ont pu rencontrer un groupe de femmes étonnantes du Nouveau-Brunswick dans le domaine des STIM. Parfois, ce sont ces relations qui impliquent les gens, et c'est que nous souhaitons faire. »


Des emplois divers pour des équipes variées
Originaire de l’Inde, Dahlia Ghosh, chef de projet à la division des technologies, a emménagé au Nouveau-Brunswick pour obtenir un MBA à l’Université du Nouveau-Brunswick. Elle a déclaré que la diversité constitue la raison pour laquelle les carrières à la division des TI de JDI sont exceptionnelles : « Le travail que nous accomplissons, les divisions que nous soutenons et les équipes elles-mêmes sont très variés. C'est une entreprise qui développe des talents de leadership, et par conséquent, d’excellentes équipes. »

Dahlia est tombée amoureuse avec Saint John : « Il s’agit d’un endroit idéal pour y vivre. La ville offre à quelques minutes de distance de formidables expériences de vie dans la ville ainsi que des endroits pittoresques en plein air. »


Nous sommes fiers de garder les gens ici et de les ramener dans leur région natale. Nous sommes également fiers de nos employés comme Dahlia, que nous avons soutenu pour qu’ils puissent faire des Maritimes leur nouveau foyer. 


Une héroïne sur son lieu de travail
Tracy Kilpatrick d’Irving Paper figure parmi les formidables employés contribuant à la récolte de fonds pour Centraide. Cette année, elle a été nommée pour le prix « Employee Campaign Coordinator Workplace Hero ». Les candidats nommés pour ce prix font preuve de créativité, d’enthousiasme et de leadership pour mener des campagnes remarquables sur leur lieu de travail. 

 Tracey


Sauver le saumon atlantique sauvage 
La Collaboration for Atlantic Salmon Tomorrow (CAST) est un partenariat constitué de scientifiques, de groupes environnementaux et de participants de l’industrie. Son objectif est de sauver le saumon atlantique sauvage avant qu’il ne soit trop tard. Actuellement, CAST travaille sur quatre projets scientifiques appliqués aux rivières Miramichi et Restigouche. Nous espérons que CAST servira de modèle de partenariat pour les rivières à saumon atlantique sauvage de l'Est du Canada.

Chercheur impliqué dans l’initiative CAST, le Dr Tommi Linnansaari est associé de recherche et membre du corps professoral du Département de biologie de l’Université du Nouveau-Brunswick et il codirige l’étude sur les écosystèmes aquatiques de Mactaquac. Ses recherches portent sur une méthode automatisée pour l’estimation de la remonte du saumon atlantique dans la rivière Miramichi, en s’appuyant sur le sonar ARIS. L’objectif est de développer cette méthode d’automatisation et l’identification des espèces afin que les organismes responsables de la gestion des pêches puissent utiliser les données à la place ou à l’appui des méthodes existantes d’évaluation de la population.


Une première au Canada pour l’UNB




UN AMI dans les écoles locales

Associée de crédit pour JDI, Brittany Cunningham fait du bénévolat comme mentor scolaire auprès de Grands Frères Grandes Sœurs dans le cadre du programme PALS depuis un an. Les employés de JDI ont consacré plus de 65 000 heures dans les écoles locales au titre de programmes de lecture, d’encadrement et de mentorat. « J’aime faire du mentorat. Je sais que c’est important pour les enfants d'avoir une autre personne sur laquelle compter en matière de soutien. C’est formidable de voir l’entreprise pour laquelle je travaille, faire un don à un organisme générant un effet si positif sur les enfants de Saint John. » 

Les employés de J. D. Irving, Limited ont recueilli 115 000 $ en jouant aux quilles pour les enfants. 

« La collecte de fonds de « Aux quilles pour les enfants » correspond à environ 33 % de notre budget de fonctionnement. Il est vraiment essentiel que se tienne ce type d'événement chaque année afin de soutenir l'œuvre que nous accomplissons. Aider les enfants et leur trouver des mentors qui leur correspondent, recruter et former des bénévoles ainsi que faire un suivi est un processus continu. Les efforts déployés par les équipes JDI permettent de continuer à aider les 400 enfants que nous soutenons déjà, et d’ajouter des enfants au programme » a déclaré Laurie Collins, directrice générale de Grands Frères Grandes Sœurs de Saint Jean.


NOUVELLE-ÉCOSSE

Aider les Autochtones à trouver leur véritable vocation

Inspirer. Renforcer la confiance. Recommencer. Imaginez qu’il s’agit de votre travail. C’est celui de la coordinatrice du programme « Pathways to Shipbuilding » Tonia Marshall.

« Pathways to Shipbuilding » est une collaboration réunissant dix industries, le gouvernement et des partenaires autochtones dans le cadre d’un programme d'éducation et d'apprentissage visant à créer des possibilités d’emploi pour des étudiants autochtones dans la transformation des métaux. Dispensé par le Campus Akerley du Nova Scotia Community College (NSCC) à Dartmouth, le programme offre aux étudiants une occasion unique de bâtir une carrière durable dans la construction navale au chantier naval d’Irving à Halifax.

Selon Tonia, la confiance acquise au titre de la formation inspire les étudiants : « Grâce au programme, les étudiants prennent confiance en eux », affirme-t-elle. « Ils bénéficient d’une communauté de personnes qui croient en eux et souhaitent les voir réussir, ce qui rehausse leur confiance en eux. »




Les métiers spécialisés pour modèles 
En juin 2017, 15 des 19 diplômées du programme ont rejoint à la main-d’œuvre d’Irving Shipbuilding au chantier naval de Halifax pour prendre fièrement part à la construction de navires pour le Canada.

« Le programme Women Unlimited s’est avéré incroyable », a déclaré Denise Watters, diplômée du programme d’Irving Shipbuilding en collaboration avec Women Unlimited. « J’y ai obtenu tout le soutien dont j’avais besoin, que ce soit en matière de garde d’enfants, de transport ou même de mentorat. C’est mon billet pour la réussite et une source de revenus incroyable pour garantir la sécurité de ma famille et me permettre de rester dans la région où je souhaite élever mes enfants. Je ne pouvais pas croire qu’un poste m’attendait ici, au sein d’Irving Shipbuilding, à la fin du programme. C’était la cerise sur le gâteau. »


Irving Shipbuilding s’efforce de créer une main-d’œuvre aussi diversifiée que la population canadienne. Ce programme fait partie des nombreuses initiatives qui ont été rendues possibles par l’établissement du Centre d’excellence d’Irving Shipbuilding au Nova Scotia Community College en 2012. Le Centre d’excellence vise à constituer un point d’entrée pour les groupes sous-représentés qui souhaitent entreprendre une carrière dans l’industrie de construction navale canadienne revitalisée et en tirer parti. 

Insuffler une passion pour les sciences
Le Dr Tamara Franz-Odendaal est présidente de Women in Science and Engineering (WISE) Atlantique. Ayant poursuivi une carrière enrichissante les STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques), elle prend plaisir à allumer une étincelle et à renforcer la confiance des filles.

J.D. Irving, Limited a parrainé la journée scientifique « Girls Get WISE Science Retreat », avec des ateliers destinés aux filles, pour leur permettre de bénéficier d’expériences pratiques dans le domaine des sciences. « J’ai commencé ces ateliers parce que je me suis rendu compte qu’au-delà du niveau primaire, très peu d'efforts sont déployés pour impliquer les filles dans le domaine des STIM », a-t-elle dit. « Nous avons besoin de plus de filles dans les STIM et elles doivent savoir que leurs possibilités futures sont sans limites. Voir le visage des filles s’illuminer et leur passion pour les sciences s’aviver est quelque chose d’incroyable à vivre. »




Faire la différence
Le chantier naval de Halifax a financé 1,8 million pour des projets de recherche océanique par le biais de MEOPAR. Le financement est axé sur neuf projets de recherche au sein de six universités canadiennes. Ces projets portent sur tout, des retombées de l'élévation du niveau de la mer sur les communautés autochtones aux microbes mangeurs de pétrole, en passant par les effets des plastiques dans nos océans. 

Le Dr Julie Laroche est professeure à l’Université Dalhousie et compte parmi les neuf chercheurs bénéficiant d’un financement d’Irving Shipbuilding Inc pour la recherche océanique. Le Dr Laroche étudie le plancton à l’aide d’un microscope holographique développé à Halifax. Découvrez ses recherches