DÉCLARATION DE MARK MOSHER, VICE-PRÉSIDENT, DIVISION PÂTE ET PAPIER D’IRVING

23 octobre 2017

Nous travaillons dur pour nous assurer de respecter et de dépasser toutes les réglementations environnementales.

En 1995, Irving Pulp & Paper, Limited a investi 300 millions $ pour moderniser et améliorer considérablement le rendement environnemental de son usine de pâte. Cet investissement a permis à l’usine de se conformer à la nouvelle réglementation fédérale sur les émissions en utilisant une technologie novatrice.

Aujourd’hui, l’usine de pâte est :
- La seule usine en Amérique du Nord à se conformer à la réglementation environnementale sans utiliser un grand bassin externe. Étant donné que l’usine de pâte à papier est située en plein cœur de la ville et sur un site vieux de plus de 100 ans, un bassin de traitement traditionnel n’était pas pratique.
- La seule usine en Amérique du Nord à fonctionner sans site de décharge des déchets solides en réutilisant ou en réduisant ses déchets solides. L’usine de pâte traite et recycle la quasi-intégralité des déchets solides en matériaux à valeur ajoutée.
- Autosuffisante en matière d’énergie à plus de 95 % grâce à des investissements significatifs en matière d’efficacité.
- L’une des usines de pâte émettant le moins d’odeur en Amérique du Nord grâce à des investissements pour collecter et incinérer la plupart des sources d’émissions.

Récemment, Irving Pulp & Paper a été accusé d’avoir rejeté « une substance nocive dans des eaux où vivent des poissons ». Il est important de noter qu’aucun poisson n’est mort dans la rivière et que tous les rejets ont été déclarés aux organismes de réglementation.

Irving Pulp and Paper a échoué à l’essai en laboratoire actuel qui exige que plus de 50 % de truites arc-en-ciel survivent pendant 4 jours dans un effluent non dilué à 100 %. Cet essai ne reflète pas la situation réelle. Environnement Canada a indiqué que les résultats des essais en laboratoire pouvaient être trompeurs s’ils étaient utilisés de manière simpliste - par exemple, s’ils ne tenaient pas compte de la dilution ou d’autres facteurs atténuants présents dans le monde réel. Nous sommes d’accord avec Environnement Canada. C’est l’une des raisons de notre contestation judiciaire. Pour être très clair, les poissons dans la rivière n’ont pas été exposés à 4 jours d’effluent non dilué à 100 %. Et les poissons ne sont pas morts dans la rivière.

Nous prenons très au sérieux notre obligation de protéger les cours d’eau et l’habitat du poisson ainsi que notre responsabilité professionnelle. Notre longue liste d’efforts primés en matière de recherche, de conservation et de prévention de la pollution chez Irving Pulp and Paper en témoigne.

Nous lançons un appel pour des essais fiables reposant sur des faits qui reflètent des circonstances environnementales réelles et nous tiennent pleinement responsables dans de telles conditions.