Un forestier de JDI trouve plusieurs nids de grands hérons

15 novembre 2017

Le planificateur forestier, Jonathan Carson, a mis en pratique sa formation environnementale et a identifié plusieurs nids de grands hérons. Il a trouvé un nid à l’été 2016, alors qu'il travaillait dans un peuplement de pins gris de la région de Deersdale. L’année suivante, il y est retourné pour surveiller le nid. Ce dernier avait été abandonné, mais quatre nouveaux nids avaient surgi dans les arbres environnants. Il remarqua immédiatement les coquilles d’œufs cassées sur le sol de la forêt. M. Carson en a informé les opérations pour s’assurer qu’une zone tampon appropriée était mise en place. Dans le cadre de notre programme de nids d’aigles et de hérons, Jonathan Carson a reçu une récompense une fois que le site de nidification avait été confirmé par notre chef naturaliste, Kelly Honeyman.

  Blue-Heron



Il ne s’agissait pas de la première rencontre de Jonathan avec des espèces protégées. À l’été 2010, Jonathan et son collègue Randy Crealock avait identifié un nid de grand héron dans la région de Lower Durham et, quelques semaines plus tard, il, en avait découvert un autre dans la même région, à environ 5 km. Les employés de JDI bénéficient d’une formation spécialisée portant sur la reconnaissance des habitats des nids et des oiseaux. Un nid actif peut se reconnaître notamment par le feuillage frais qui le compose, les granules, les excréments et les restes de proies au sol en dessous, aussi bien que par le chant des oiseaux. Les nids ne représentent pas la seule découverte de Jonathan. Plus tard au cours de l’été 2010, il a identifié une plante rare connue sous le nom de goodyérie pubescente (que l’on pensait avoir vu pour la dernière fois à la fin des années 1800) dans la région de Lakeville Corner.

J.D. Irving, Limited s’engage à l’égard de forêts saines et de notre environnement. Dans le cadre de cet engagement, nous offrons une formation spécialisée axée sur l’identification et la protection des plantes rares, des nids et autres aires environnementales sensibles situées dans les limites de nos zones d’activités. J.D. Irving, Limited a également établi un programme récompensant l’identification de ces éléments spéciaux sur les terres où l’entreprise opère. 

La formation environnementale couvre toute sorte de sujets, de la façon d’identifier des plantes rares aux procédures d’habitat spécifiques du site à suivre lorsqu'un nid, un bassin vernal ou une tanière d’ours est repéré. Une documentation appropriée de l’emplacement à l’aide de notre GPS de haute précision est essentielle lorsque nous enregistrons le site dans notre base de données cartographique. Cette documentation garantit que le site sera préservé de sorte que les opérations futures connaîtront les zones à éviter, ou seront en mesure de programmer des activités à un moment de l’année pendant lequel elles ne menaceront pas d’élément sensible.

Primé à l’échelle internationale, le programme de conservation des régions uniques de JDI est passé de 29 sites dans les années 1980 à 1 300 à ce jour sur les terres que nous possédons et que nous gérons au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et dans le Maine. Nous accordons une grande valeur aux partenariats que nous entretenons avec de nombreux groupes environnementaux et communautaires, ainsi qu'avec des universités locales, visant à identifier, conserver et étudier ces lieux exceptionnels parmi lesquels figurent notamment les catégories suivantes :
- Esthétique
- Oiseaux et mammifères
- Poissons
- Lacs et milieux humides
- Forêts de successions tardives et de conservation
- Sites d’espèces végétales peu typiques à rares
- Lieux historiques
- Sites géologiques et fossilifères
- Aires de reproduction des reptiles et invertébrés 
- Peuplements forestiers uniques