Charlene Stoddard de JDI reçoit l’une des plus hautes distinctions au Canada

Nos félicitations à Charlene Stoddard pour s’être vue décerner la plus haute récompense professionnelle au Canada par l’Association canadienne de la paie.


Charlene a reçu la récompense à la conférence nationale de l’ACP à Vancouver en juin. Charlene a aussi été reconnue récemment pour avoir atteint le rang le plus élevé dans la région atlantique.

« Ç’a été une expérience incroyable et je suis très reconnaissante à JDI pour son appui », a déclaré Charlene.

Charlene est l’un des tout derniers membres de l’équipe de l’administration de la paie de JDI. Après avoir perdu son travail dans une autre compagnie de manière inattendue il y a deux ans et demi, Charlene a choisi de retourner à l’école à temps plein pour obtenir son diplôme de comptabilité/administration de la paie. Pendant son premier mois à l’université, elle a suivi le cours de stratégie du succès étudiant où elle a été invitée à compiler une liste des trois employeurs pour qui elle aimerait travailler.

« J.D. Irving, Limitée était mon premier choix », a dit Charlene. « Depuis, j’avais pour but de faire mon stage chez JDI dans l’espoir de poursuivre une carrière au sein de cette compagnie. J’ai eu la chance de pouvoir faire mon stage dans l’équipe de l’administration de la paie; on m’a ensuite offert un contrat pour l’été. 

Et en août 2012, on m’a offert un poste à temps plein dans l’équipe. »

La haute distinction nationale de Charlene a été présentée dans Canadian Payroll Reporter. (Voir l’article ci-dessous)

Charlene est l’un de quatre membres de l’équipe de l’administration de la paie de JDI qui ont été récompensés en mai pour avoir obtenu la Certification de praticien de conformité de l’administration de la paie (PCP).

1. Charlene Stoddard, PeopleSoft CSR
2. Heather Paulin, spécialiste de l’administration de la paie
3. Brandi Seaward, coordinatrice des avantages
4. Cheryl Larsen, spécialiste de l’administration de la paie

Obtenir une certification en administration de la paie représente un exploit important. Les membres certifiés par l’ACP représentent une valeur ajoutée dans tous les aspects des activités en lien avec l’administration de la paie chez JDI. La distinction les identifie aussi en tant que leaders, ce qui leur procure davantage de possibilités dans l’avancement de leur carrière.
 
La certification de l’ACP représente l’engagement de JDI à maintenir une qualité insurpassable à l’échelle nationale et à s’améliorer continuellement. Les employés certifiés par l’ACP à JDI inspirent la confiance parce qu’ils s’engagent à offrir une qualité, une efficacité et une connaissance du plus haut niveau.
Les plus récents membres se joignent à un réseau de professionnels à l’échelle nationale qui représentent la réputation d’intégrité et d’excellence de longue date de l’ACP.
 
JDI est heureux d’avoir un total de 32 professionnels certifiés travaillant au sein de la compagnie :
• 6 gestionnaires accrédités de la paie (GAP)
• 20 praticiens de conformité de la paie (PCP)
• 5 praticiens de conformité de la paie (en cours)
• 1 praticien certifié de la paie (États-Unis) (CPP)  
De plus, JDI a 2 employés qui sont moniteurs de cours/experts en la matière de l’ACP, et un autre employé qui fait partie du Federal Government Relations Advisory Council for the Association.
Vous êtes à la recherche de possibilités de carrière? JDI cherche actuellement à pourvoir un certain nombre de postes en administration de la paie au sein de la compagnie. Visitez le www.JDIJobs.ca pour vous inscrire et postuler dès aujourd’hui.

À propos de l’ACP
l’Association canadienne de la paie (ACP) a influencé les pratiques en matière de conformité et les processus des centaines de milliers d’employeurs depuis 1978. L’ACP a pour mission de promouvoir le Leadership en matière d’administration de la paie par le biais de la promotion et de l’éducation. Avec plus de 16 500 organisations et membres individuels, l’ACP s’engage à offrir aux professionnels de la paie et des services en lien avec l’administration de la paie et à leurs employés le besoin d’être conforme et bien informés.
________________________________________
ARTICLE DU CANADIAN PAYROLL REPORTER
Entreprendre une carrière dans le domaine de la paie mène à l’or —
Perdre son travail est l’une des meilleures choses qui soient arrivées à Charlene Stoddard.
— Zachary Pedersen, éditeur, Canadian Payroll Reporter
 
Quand Charlene Stoddard a perdu son travail en mars 2011, elle ignorait à quel point sa vie allait changer en deux ans à peine. Le jour, l’employée originaire de Saint John, était assistante administrative dans une agence de décoration d’intérieur. Le soir, elle s’occupait de son mari, invalide depuis un accident arrivé 15 ans plus tôt. Stoddard a également une fille d’âge adulte, qui vivait également avec des incapacités.

« Comme n’importe qui, j’étais vraiment bouleversée quand j’ai perdu mon travail », dit-elle. « Mais je suis également le genre de personne qui dit “ok, je vais me lever et qu’est-ce que je vais faire?” »
Stoddard a rendu visite à Service Canada.

« Je suis allée à l’a.-e. (assurance-emploi) et ils ont un séminaire que tout le monde doit suivre et j’ai pris un rendez-vous pour voir quelqu’un du développement social », dit-elle.

Stoddard avait l’impression que la meilleure chose qu’elle pouvait faire était de mettre à jour ses connaissances en informatique — quelque chose dont elle n’avait pas besoin avant, mais qui pourrait lui ouvrir quelques portes pour de futures possibilités.
Mais la représentante du développement social avait un plan différent.

« Elle a dit qu’elle faisait ça depuis plus de 30 ans et que selon elle j’étais la candidate parfaite pour retourner à l’école à temps plein », déclare Stoddard.
Stoddard n’était pas allée à l’école depuis des années. Elle n’avait même pas d’éducation postsecondaire.

Le développement social apporterait l’aide financière dont Stoddard avait besoin, mais pour être admissible elle devait choisir un domaine avec de bons débouchés.

Le domaine de l’administration de la paie offrait de très bonnes perspectives d’emploi.

Elles ont décidé qu’en septembre, Stoddard s’inscrirait dans un programme de comptabilité et d’administration de la paie au Eastern College de Saint John.

Avec son attention au détail et ses habiletés à la résolution de problèmes et en mathématiques, la représentante du développement social lui a dit qu’elle serait une excellente candidate.

« Je suis retourné à la maison pour parler à mon mari et pour voir si c’était quelque chose que je pensais pouvoir faire », dit-elle. « Mais elle m’a appelé à peine quelques jours plus tard et elle m’a dit qu’il allait y avoir des changements au niveau du financement et que ça n’allait pas jouer en ma faveur. »

Afin d’être admissible à un meilleur financement, Stoddard allait devoir commencer beaucoup plus tôt que prévu – et elle n’avait que 24 heures pour se décider.
Stoddard a demandé conseil à son mari.

« Il a tout simplement dit, “Tu sais quoi? Tu t’es occupé de nous deux et tu as élevé en plus de ça — c’est à ton tour » dit-elle.

À ce moment, la vie de Stoddard a pris une nouvelle direction.

« Plutôt que de commencer l’école dans quatre ou cinq mois, je commençais l’école dans trois jours », dit-elle. « Et je l’ai fait. »

Retourner à l’école en administration de la paie a été l’une des meilleures expériences que Stoddard ait vécues.

« J’étais vraiment nerveuse au début », dit-elle. « Mais une fois habituée, j’ai pensé, “oui, c’est ce que je fais maintenant”. »

Stoddard considérait l’école comme un travail à temps plein. Les cours duraient de 8 heures du matin à midi, mais elle restait sur le campus jusqu’à 5 heures du soir pour étudier et finir ses travaux.

« J’avais l’habitude de prendre mon lunch et de partir tout simplement », dit-elle. « Ça me donnait le temps de faire tout mon travail et de ne pas être distraite. »

Stoddard ne travaillait pas vraiment avec les chiffres dans ses emplois précédents, sauf pour vérifier de l’information financière pour l’agence de décoration d’intérieure. Au lieu de s’inquiéter, elle a embrassé le nouveau défi.

Certification de l’Association canadienne de la paie
Le programme de comptabilité et d’administration de la paie de Eastern College inclut un segment de huit semaines destiné à former les étudiants à devenir une Practicien de conformité de la paie (CPA), lequel est sous la supervision de l’association canadienne de la paie (ACP). Posséder la mention PCP démontre aux employeurs que l’individu a la connaissance de conformité nécessaire pour procéder au cycle de paie annuel d’une organisation et pour comprendre la fonction de comptable en ce qui a trait à l’administration de la paie, selon l’ACP.
Stoddard décrit les huit semaines comme « intenses ».

« J’ai eu plusieurs instructeurs qui étaient gentils et ils ont simplement dit, “Vous savez, vous devez vraiment, vraiment, vous préparer à ces huit semaines parce que si vous voulez réussir, vous allez devoir vous concentrer sur cela uniquement », dit-elle.

Son travail acharné a été récompensé. Des 1 800 professionnels qui ont reçu la certification de PCP en 2012, Stoddard était la première. Elle est parvenue à finir sa certification avec une moyenne de 99 pour cent et une note de 100 pour cent pour le cours portant sur la conformité et la législation.

En juin, l’ACP a invité Stoddard à recevoir sa palme d’or dans le cadre de leur banquet annuel de remise des prix qui se tenait à Vancouver.

« C’est une vraie leçon d’humilité et très, très excitant », a déclaré Stoddard après avoir remporté la palme d’or.

« C’est quelqu’un de motivé, elle avait un objectif en tête et elle a réussi à l’atteindre, alors c’est une vraie réussite », déclare Steven Van Alstine, vice-président de l’éducation au ACP à Toronto.

C’est important de reconnaître la réussite dans la communauté de la paie », dit Van Alstine.

« Nous avons travaillé fort afin d’accroître la visibilité du professionnel de la paie, et en ayant des récompenses qui peuvent renforcer cela, ça aide également à accroître la visibilité au sein du milieu des affaires », dit-il.

Van Alstine dit que de gagner l’un de leurs prix c’est quelque chose dont on peut être fière.

« Afin d’être premiers de classe, les étudiants doivent se vouer à l’apprentissage et à la compréhension de la myriade de législation et de règlements associés à la paie », dit-il. « Plusieurs des gagnants ont développé une passion pour ce qu’ils font et cela les a propulsées à leur succès. »

Stoddard affirme qu’avoir pris soin de sa famille a joué un rôle clé dans sa réussite.

« Mon mari ne pouvait même plus conduire depuis sept ans. Alors, toutes les habiletés dont j’ai eu besoin pour prendre soin de lui et de ma famille m’ont aidé lorsque je suis retournée è l’école », dit-elle. « Et c’est ce que j’essaye de dire aux gens. »

De retour au travail
Stoddard travaille actuellement chez J.D. Irving Limitée à Saint John. Elle a demandé à compléter son stage non rémunéré de quatre semaines à la compagnie lorsqu’elle étudiait à Eastern College.

« J.D. Irving était en tête de la liste des endroits où je voulais faire mon stage de placement », dit-elle. « Dans la deuxième semaine, mon directeur m’a parlé et m’a offert un contrat pour étudiant rémunéré pour l’été pour quatre mois. »
On lui a offert un poste à temps plein vers la fin de l’été et elle travaille maintenant au sein de leur équipe PeopleSoft, qui assiste le service de la paie.
Stoddard dit qu’elle est très reconnaissante de tout ce qui lui est arrivé.

« Quand je regarde en arrière maintenant — deux ans seulement après avoir perdu mon travail — je me rappelle comment je me sentais à l’époque et tout le chemin que j’ai fait », dit-elle. « C’est incroyable. »

Gagnants 2013 de la récompense de l’Association canadienne de la paie
Or — Charlene Stoddard, Saint John, N.-B.
Argent — Wenhelzaviency Ong, Scarborough, Ontario.
Bronze — Jennifer Lockridge, Fredericton, N.-B.

 Charlene Stoddard
Steven Van Alstine, vice-président à l’Éducation de l’Association canadienne de la paie remet à Charlene Stoddard la certification Palme d’or Réalisation 2013 de l’Association canadienne de la paie, à Vancouver, C.-B.

 

 Charlene Stoddard II
(de gauche à droite) Cheryl Larsen, spécialiste de l’administration de la paie; Brandi Seaward, coordonnatrice d’avantages; Charlene Stoddard, RSC de PeopleSoft ; Mandy Burns, coordonnatrice de l’administration de la paie (a reçu sa certification en 2012); et Heather Paulin, spécialiste de l’administration de la paie