La division de la Construction navale de Irving accorde 28,2 M $ supplémentaires en nouveaux contrats à des compagnies canadiennes afin de moderniser le chantier naval de Halifax

175 M $ investis à ce jour afin de construire la nouvelle flotte de combat du Canada


Halifax, N.-S. : La division de la Construction navale de Irving a annoncé aujourd'hui qu'une somme de 28,2 M $ millions sera investie sous forme de contrats supplémentaires octroyés à des fournisseurs établis au Canada dans le cadre du programme de modernisation du chantier naval de Halifax. Cela représente un investissement en ingénierie et en construction d'une durée de deux ans qui a pour but de préparer les installations de la compagnie qui serviront à construire les futurs navires de combat du Canada.

« Jusqu'à présent, une somme totalisant 175 M $ a été accordée sous forme de contrats dans le cadre de notre investissement global, dont la somme s'élève à environ 300 M $, dans le programme de modernisation du chantier naval de Halifax », a déclaré Kevin McCoy, Président de la division de la Construction navale de Irving.  « Les travaux en cours sur notre chantier sont organisés de façon à ce que nous soyons prêts à entreprendre la production de navires patrouilleur hauturier pour l'Arctique, dont le début est prévu pour 2015, ainsi que celle des plus gros navires combattants qui doit commencer en 2020. Tous ces changements importants qui sont en cours, nous rappellent constamment que 2015 n'est pas loin et que nous allons construire des navires de la Marine sur le chantier naval de Halifax très bientôt. »

La sélection des fournisseurs pour le programme de modernisation est le résultat d'un processus d'approvisionnement rigoureux au cours duquel la qualité, la fiabilité, l'expérience et le coût ont été évalués afin de choisir l'entreprise qui aidera la division de la Construction navale de Irving à offrir le meilleur rapport qualité-prix au Canada. Parmi les contrats attribués à ce jour, 82 % de la valeur totale du contrat ont été attribués à des entreprises canadiennes, tandis que 52 % de la valeur totale du contrat ont été décernés aux entreprises basées en Nouvelle-Écosse ou y opérant.

Omega Formwork Inc., une compagnie de coffrage qui compte 35 employés et qui est située à Mount Uniacke en Nouvelle-Écosse, a obtenu un contrat pour travailler sur les fondations en béton et les dalles de plancher pour la nouvelle unité de production du chantier naval de Halifax. « Ce projet nous a permis de conserver plusieurs de nos employés les plus hautement qualifiés et les plus estimés tout au long de l'hiver. Nous avons 8 employés sur le chantier et 4 à 5 autres employés de soutien qui exercent des fonctions hors site en lien avec la fabrication, l'expédition et l'administration, et qui sont directement liées aux travaux du chantier naval à Halifax », a déclaré Miguel Salgueiro, propriétaire de Omega Formwork. « Au fur et à mesure que le travail avance, nous nous attendons à ce que ces chiffres doublent et dépassent parfois le nombre de 30 employés lorsque nous faisons venir des corps d'état du second-oeuvre spécialisés afin d'effectuer diverses tâches associées à l'éventail des travaux que nous effectuons. Nous sommes reconnaissants d'avoir eu l'occasion d'être impliqué dans un des plus grands projets d'approvisionnement du gouvernement fédéral dans l'histoire de notre pays. » 

Parmi les autres compagnies basées en Nouvelle-Écosse ou y opérant qui se sont vues octroyer des contrats dans la plus récente série d'attributions, on retrouve : Harris Rebar, Dartmouth et Dexter Construction, Pipe & Piling, Black & MacDonald et Eastern Fence, toutes de Halifax.

Bermingham Foundation Solutions, basée à Hamilton en Ontario et un sous-traitant de Gulf Operators, a décroché un contrat pour fournir du matériel de construction pour le mur du quai de chargement marin d'ingénierie sur commande fabriqué au Canada. « Notre division manufacturière emploie 80 personnes et nous avons ajouté 6 emplois de courte durée pour le contrat avec le chantier naval de Halifax », a déclaré Peter Smith, Président de Bermingham. « Plus important encore, nous avons été en mesure de tirer parti de l'expérience et de proposer une solution similaire à d'autres clients, ce qui nous permet d'ajouter 4 postes permanents supplémentaires, et nous offrons maintenant cette solution pour l'exportation. » 

Parmi les autres compagnies canadiennes qui se sont vues octroyer des contrats dans la plus récente série d'attributions, on retrouve : Skyline acier, St.

Bruno, QC ; ainsi le sous-traitant de Gulf Operators : Con-Tech Systems Ltd., basée près de Vancouver en Colombie-Britannique.

La démolition de l'atelier de menuiserie et de l'atelier de décapage du chantier, ainsi que de l'ensemble de la machinerie de l'atelier du module centenaire, l'installation de production principale du chantier, a été achevée. Les zones dégagées continueront d'être préparées en vue de la construction. La démolition des installations de production restantes est prévue pour le début de l'année 2014, une fois que les travaux à l'intérieur des patrouilleurs semi-hauturiers pour la

Garde côtière seront terminés. Sept encaissements pour l'installation au niveau du terrain dans l'extrémité nord du chantier ont été installés dans le port et le remplissage a commencé. Les travaux de démolition et le remplacement du mur coupe-feu et de la clôture le long de la rue Barrington, ainsi que la réparation de la paroi inférieure se poursuivent et devraient être terminés d'ici la fin de l'année. La structure la plus visible du chantier naval à ce jour est probablement le garage construit à l'extrémité sud du chantier. La construction du garage de stationnement se poursuit dans les temps et devrait être complétée au début du premier trimestre de 2014. Une fois terminé, le projet de modernisation se traduira par la présence de l'un des chantiers navals les plus modernes en Amérique du Nord. 

« Les retombées économiques, telle que la création d'emplois dans le domaine de la construction navale, de l'ingénierie, de la planification et de la chaîne d'approvisionnement, vont augmenter avec la préparation et le début de la production des patrouilleurs hauturiers pour l'Arctique en 2015, et la création d'emplois indirects au sein de notre chaîne d'approvisionnement et des chaînes d'approvisionnement de nos fournisseurs va suivre », a noté Kevin McCoy.  «

Toutefois, l'emploi qui va de pair avec la transformation et la construction du chantier naval le plus moderne en Amérique du Nord – ça c'est déjà commencé.

En fait, nous prévoyons atteindre environ 500 emplois en construction sur le site du chantier naval de Halifax en 2014. »

Jusqu'à maintenant, l'attribution des contrats associés au programme de modernisation du chantier naval de Halifax a mené à la création de plus de 1 600 postes (ETP) équivalents temps plein directement au sein des compagnies de nos fournisseurs sélectionnés et indirectement chez les sous-traitants de ces fournisseurs en plus de générer 100 M $ en revenu d'emploi annuel au cours de la période de deux ans que couvre le programme, et ce, partout au Canada. Localement, les contrats attribués jusqu'à maintenant ont mené à la création de 870 postes équivalents temps plein (ETP) directement au sein des compagnies de nos fournisseurs sélectionnés en Nouvelle-Écosse et indirectement chez les sous-traitants de ces fournisseurs, en plus de générer 40 M $ en revenu d'emploi dans la province au cours de la période de deux ans (voir la note).

L'investissement global de 300 millions de dollars pour la modernisation du chantier devrait augmenter le produit intérieur brut du Canada (PIB) de 235 M $, créer plus de 2 800 postes (ETP) équivalents temps plein à travers le pays (de façon directe chez nos fournisseurs et indirecte chez leurs sous-traitants) et générer 170 millions $ en revenu d'emploi dans le pays au cours de la période de deux ans. Cela mènera également à plus de 127 millions $ en dépenses de consommation.  En outre, l'activité économique devrait fournir environ 58 M $ en taxes aux gouvernements fédéral, provincial et local au cours de la période de deux ans.

« Tout au long des contrats de la SNACN, ainsi que dans leur préparation, nous nous engageons à maximiser les possibilités et les avantages pour les Canadiens et les Néo-Écossais grâce à la sous-traitance, l'emploi et la génération d'investissement et d'avantages dans l'ensemble de l'industrie maritime », a ajouté Kevin McCoy.

Note - Selon l'évaluation de la retombée économique préparée par Jupia Consultants Inc. à l'aide de la méthodologie suivante : l'emploi équivalent temps plein direct et indirect, le revenu d'emploi, le produit intérieur brut (PIB) et les autres impôts indirects sont issus des tableaux d'E/S de Statistique Canada pour la Nouvelle-Écosse et pour l'économie nationale. Les évaluations des dépenses de consommation et des taxes générées sont obtenues en utilisant l'Enquête sur les dépenses des ménages de Statistique Canada pour 2011 (tableau CANSIM 203-002) et d'autres sources.

À propos de la division de la Construction navale de Irving

La division de la Construction navale de Irving fait partie du Groupe d'entreprises de J.D. Irving, Limitée et opère dans le secteur de la construction de navires de qualité et la réparation de navires. Le chantier principal de la compagnie est le chantier naval de Halifax et trois autres emplacements situés dans les provinces maritimes. En 2011, la division de la Construction navale de Irving a été choisie pour être le constructeur de navire de combat du Canada en vertu de la Stratégie nationale d'approvisionnement en matière de construction navale et est dans les premiers stades d'un programme de construction navale militaire de 30 ans. La division travaille présentement sur plusieurs projets importants pour le ministère de la Défense nationale et la Garde côtière canadienne.

-30-

Contact :
Deborah Page
Irving Shipbuilding
Bureau (902) 484-4552
cellulaire (902) 499-7975
page.deborah@irvingshipbuilding.com

Mary Keith
J.D. Irving Limitée
Bureau (506) 632-5122
cellulaire (506) 650-8209
keith.mary@jdirving.com