Prendre racine dans son nouveau chez-soi

18 juillet, 2016:

De nouveaux arrivants syriens forment une équipe de planteurs d’arbres

Entourés des forêts du Nouveau-Brunswick rural entre Sussex et Petitcodiac, les membres d’une équipe de planteurs d’arbres remplissent leurs harnais de caissettes de plants. Le temps est chaud et humide, mais les onze jeunes hommes de l’équipe sont optimistes; ils chantent et rient ensemble en plantant des arbres et, par le fait même, prennent racine dans leur nouvelle province d’accueil.

Un violent conflit les a poussés à quitter la Syrie, et c’est l’espoir d’une vie paisible qui les a amenés à immigrer au Canada. C’est cependant un appel du YMCA à J. D. Irving, Limited qui les a fait venir sur ce terrain aujourd’hui.

« Nous avons appelé JDI pour savoir si l’entreprise avait des possibilités d’emploi pour ces jeunes hommes qui avaient besoin de travail », confie  Jill Keliher, administratrice déléguée du programme de jumelage des nouveaux arrivants du YMCA. « Jim Irving a immédiatement répondu à notre demande. En l’espace de quelques jours, nos nouveaux arrivants étaient formés, et JDI a même fait venir un interprète pour permettre à ces jeunes hommes de travailler. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers les employeurs comme JDI qui aident à accueillir ces nouveaux arrivants. »

Ces planteurs d’arbres syriens travaillent six par jour, au lieu des huit heures quotidiennes normales, et suivent des cours d’anglais le soir.

« En deux jours, ces jeunes hommes sont parvenus à travailler à un rythme semblable à celui des planteurs d’arbres saisonniers », affirme Ben Lane, aménagiste sylvicole pour JDI au Nouveau-Brunswick. Ben affirme que bien que ces hommes excellent dans la plantation d’arbres, ceux-ci possèdent de nombreux talents et compétence : « Je vois beaucoup plus que des planteurs d’arbres dans ce groupe. Nous ne faisons qu’effleurer la surface de leur plein potentiel. L’éthique professionnelle et l’enthousiasme dont ces hommes font preuve sont des valeurs qui ne s’acquièrent pas. »

L’un de ces jeunes hommes, Mohammed Alton, affirme être reconnaissant pour la bonté des Canadiens. « Le Canada est un pays parfait. En me retrouvant ici, j’ai réalisé l’un de mes rêves. » Alton était comptable en Syrie. Il espère améliorer son anglais et étudier la comptabilité à l’Université du Nouveau-Brunswick.

Alton dit que tout le monde, même les étrangers, ont démontré de la gentillesse envers lui et l’ont aidé. « Un jour, j’espère pouvoir redonner au Canada tout ce que ce magnifique pays m’a donné ».