JDI parraine la plus jeune nageuse représentant le Canada aux Jeux paralympiques

2 novembre 2016 :


Elle a battu des records de natation provinciaux et nationaux. Elle a compétitionné aux Jeux paralympiques à Rio. Elle n'a que quatorze ans.

Danielle Dorris de Moncton, Nouveau-Brunswick, était la plus jeune nageuse représentant le Canada aux Jeux paralympiques d'été à Rio Cela peut paraître incroyable, mais Danielle a commencé la natation sportive il y a quatre ans à peine. 

« Avant, je jouais surtout au soccer. Mais la saison n'occupait que l'été et une partie de l'automne, donc je commençais à m'ennuyer. C'est mon père qui m'a alors suggéré de suivre des cours de natation, » explique Danielle. « J'y ai pris tellement de plaisir que j'ai commencé la natation sportive au bout de trois mois. »

Née avec seulement une partie de ses bras, Danielle compétitionne au 100 m papillon, 200 m medley individuel et 100 m dos.

Quand Danielle s'est rendue aux éliminatoires de natation pour les Jeux olympiques et paralympiques à Toronto au printemps dernier, ses parents et son entraîneur pensaient que l'expérience serait surtout riche en leçons.

« Nous ne visions pas la qualification de Danielle à Rio, » raconte Ryan Allen, l'entraîneur de Danielle. « Notre objectif était de nous préparer pour Tokyo en 2020. »

Danielle a gagné une place au sein de l'équipe, ce qui a fait d'elle la plus jeune nageuse canadienne aux Jeux paralympiques, depuis toujours. La qualification a eu lieu quelques semaines avant les Jeux olympiques de Rio. La famille de Danielle avait besoin d'un parrainage pour l'aider à couvrir les frais du voyage. J.D. Irving, Limited (JDI) est intervenu pour leur venir en aide. 

« L'aide financière de JDI a eu un impact important,  car elle a permis aux parents de Danielle de faire le voyage et d'assister à ses épreuves, » a dit Ryan Allen. « Il était vraiment important que ma mère et mon père soient là – pour une jeune athlète, être entourée d'un environnement qui la soutient est d'une grande aide. »

L'entraîneur de Danielle la décrit comme une adolescente qui aime la camaraderie des entraînements sportifs. « Mais quand la compétition arrive, elle possède cette capacité de concentration unique propre aux athlètes du plus haut niveau », dit son entraîneur. « Elle compétitionne contre des athlètes qui ont le double et le triple de son âge. »

Danielle dit qu'elle est contente que le sport fasse partie de sa vie. Elle encourage tout le monde à être actif, même si ce n'est pas à travers un sport de compétition. « Tant d'enfants rentrent chez et passent leurs soirées sur leur téléphone. C'est bien d'avoir un sport. Cela me remet les idées en place. Je ne pense pas à ce qui est arrivé.  Mais à ce qui m'attend. »

Danielle a remercié JDI pour son parrainage. « Merci au nom de toute ma famille, » a dit Danielle. « Nous vous sommes très reconnaissants et cela nous aide beaucoup. » 

Et maintenant, que va faire Danielle ?

« À court terme j'ai une compétition à Miami en décembre pour les Jeux panaméricains. À long terme ? Je vise les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020. Surtout pour les sushis, » ajoute Danielle en riant, « mais aussi pour la compétition. »

Pour revivre l'aventure de Danielle : écoutez l'entretien de Danielle avec CBC avant les Jeux paralympiques de Rio et lisez son profil sur Natation Canada ici.